mercredi 26 juin 2013

Qu’est-ce que le Wearable Computing ?


 Le Wearable Computing désigne le fait de porter une interface informatique sur le corps. Elle peut être portée sous la forme d’un accessoire (collier, bracelet, lunettes, etc) ou être intégrée dans des vêtements.

Pourquoi s’intéresser au Wearable Computing ?

Le Wearable Computing est la suite logique de l’évolution des interfaces informatiques vers plus de confort utilisateur : du clavier/souris, vers le tactile (tablette), vers le gestuel (Kinect), vers le Wearable…
En effet le Wearable est :

  • plus naturel, donc plus proche du corps de l’utilisateur, de ses sens : au delà du tactile, il propose une interaction vraiment gestuelle et vocale, naturelle, et sans besoin d’apprentissage
  • plus immédiat : avec des lunette/montre/pendentifs plus besoin de sortir un appareil de sa poche, possibilité de prendre une photo sur le vif d’une simple phrase ou d’un simple geste.
  • plus facile à oublier : intégré aux vêtements, et donc sans avoir besoin de manipuler explicitement un appareil informatique
Le Wearable est intéressant car il permet de nombreux nouveaux cas d’usages, dont la plupart sont encore à découvrir : guidage dans divers contextes, accès immédiat à des bases de connaissance, usages « sans les mains », notifications visibles dans la seconde, etc.
Le Wearable pose des questions intéressantes sur l’envahissement de la vie quotidienne par l’informatique. Avec un appareil opérationnel en permanence, il est quasi-impossible de se déconnecter, de « revenir au monde réel », un sujet souvent abordé dans le cadre des conséquences sociétales de l’informatique (cf. InternetActu.net).
De plus, on ne se sait jamais si on a l’attention de son interlocuteur, qui peut avoir l’esprit occupé ailleurs sans qu’un appareil le montre explicitement (via un téléphone dans ses mains par exemple).

Il pose aussi des questions de fond sur la vie privée : la reconnaissance de forme ou d’image intégrée peut permette des actions d’espionnage à l’insu de ses interlocuteurs.

Les précurseurs

Les “Lifeloggers” sont les précurseurs du Wearable Computing : ils portent des caméras sur eux pour filmer et mémoriser leur vie. Ces caméras peuvent prendre la forme d’un collier ou être fixées à des lunettes.
Un certain nombre de vêtements techniques ont aussi été annonciateurs du Wearable Computing :
  • veste avec câblage intégré pour les écouteurs musicaux
  • vestes avec LED pour afficher des messages textuels

Le MIT (Massachusetts Institute of Technology) a présenté en 2009 “SixthSense” un dispositif expérimental remarquable : une caméra portée sur le torse permet de reconnaître des objets et des mouvements des doigts pour effectuer diverses tâches. Il est par exemple possible de prendre une photo en dessinant un rectangle avec ses doigts, d’avoir des avis d’internautes sur un livre qu’on est en train de regarder, ou encore de consulter le retard d’un avion en regardant sa carte d’embarquement.

Le Quantified Self

Le « Quantified Self » ou « quantification de soi » est une pratique assez récente qui consiste à mesurer de manière régulière ses paramètres corporels : poids, tension, alimentation, qualité du sommeil, nombre de pas effectués chaque jour, etc.  L’objectif de ces mesures est de mieux se connaître, afin d’arriver plus efficacement à améliorer sa forme.
Les adeptes du Quantified Self portent sur eux divers capteurs. Ces capteurs peuvent être :
intégrés à un Smartphone, comme les accéléromètres ou les capteurs GPS,
des objets spécialisés comme des podomètres.

Le Quantified Self désigne bien une informatique portée sur le corps. Mais ce sont des interfaces avec lesquelles on a peu d'interaction, ce qui limite leur intérêt au quotidien.

Les dispositifs Wearable de 2013

De nombreux nouveaux dispositifs ont été annoncés pour l’année 2013 :

  • Le bracelet MYO permettra de piloter des objets à distance en bougeant un bras : le capteur traduit les mouvements musculaires du bras en directives informatiques.
  • les lunettes Google promettent de nombreux usages en réalité augmentée. Une alternative française est en cours d’élaboration à Rennes. Telepathy One est autre un produit similaire.
  • La montre Pebble permet d’accéder à ses emails, SMS, et autres réseaux sociaux. Des produits similaires sont attendus chez différents constructeurs.

Usage du Wearable Computing en bibliothèque

On peut imaginer d’utiliser le Wearable Computing pour guider les chercheurs ou visiteurs en rayons : des lunettes à réalité augmentée pourraient les aider à trouver un ouvrage. Elles pourraient aussi donner des informations complémentaires (fiches bibliographiques) en surimpression d’un livre.
Ces usages restent à inventer...